Huawei a un plan B si jamais Android devenait indisponible pour eux.

Ce n’est un secret pour personne que le gouvernement américain a quelque chose contre Huawei. Elle est même allée jusqu’à pousser des sociétés comme AT&T à rompre les liens avec Huawei l’an dernier, malgré un accord selon lequel le transporteur vendrait la Mate 10 Pro dans ses magasins. Et pour ce qu’on en sait, cette interférence pourrait s’aggraver.

Huawei s’appuie sur Android, car tous ses smartphones fonctionnent sur notre système d’exploitation préféré. Et dans une nouvelle interview avecWeltRichard Yu, PDG de Huawei, a déclaré que si l’entreprise perd l’accès au système d’exploitation, elle a un plan B.

A découvrir également : L'Aquos zero2 de Sharp est livré avec un écran de 240Hz, une sorte de

Ce plan B est un système d’exploitation propriétaire déjà préparé qui pourrait être utilisé sur les futurs smartphones en cas de besoin. Cependant, Yu fait remarquer que Huawei préférerait s’en tenir à Android et ne pas changer de système d’exploitation.

Cela n’a rien d’étonnant, car l’entreprise doit être prête à tout. Et avec la Huawei Watch GT, Huawei a déjà fait le passage de Google Wear OS à un système d’exploitation propriétaire (bien qu’il y ait une bonne justification pour cela dans un portable).

Lire également : Xiaomi Redmi K20 contre Honor 20, ASUS Zenfone 6 : que devriez-vous acheter ?

Samsung a fait la même chose dans le passé, en développant Tizen spécifiquement au cas où il aurait dû passer d’Android. C’était à l’époque et Samsung ne l’a jamais complètement fait, mais à l’époque, il semblait sage pour l’entreprise d’être prête. De plus, Huawei souffrirait certainement de la perte de l’énorme écosystème d’applications offert par Google.

Richard Yu a également abordé le prix sauvage de 2300 $ du Mate X pliable. Nous nous attendions à ce que les téléphones pliants soient super chers au lancement, car les composants nécessaires pour un smartphone pliable sont encore assez récents. Yu a parlé de l’avenir des téléphones pliants, et plus particulièrement de leur prix.

« Avec le temps, nous pourrons le faire passer en dessous de 1000 euros. Pour cela, il nous faut un à deux ans. Plus tard peut-être aux alentours de 500 euros. Cela prendra plus de temps. Bien sûr, cela dépend aussi de l’acceptation de l’appareil. Nous pouvons accélérer la production de masse à tout moment. »

Nous espérons que Huawei ne fera pas tomber Android. Alors que l’entreprise a livré du matériel stellaire avec ses téléphones les plus récents, Android est ce qui fait revenir la plupart des consommateurs. Nous sommes des fans d’Android, après tout.