Le Parlement européen vote en faveur d’une réforme controversée du droit d’auteur #Article13

L’Europe est en train de changer à nouveau l’internet. Les législateurs ont approuvé une refonte en profondeur des règles du droit d’auteur, portant un coup dur aux grandes entreprises de technologie qui ont fait valoir que les changements seraient coûteux et limiteraient la liberté d’expression.

Le Parlement européen a voté mardi pour approuver des changements fortement contestés qui rendent les plates-formes telles que YouTube responsables des violations du droit d’auteur commises par leurs utilisateurs.

A découvrir également : Google Pixel 4 pourrait changer la façon dont nous interagissons avec nos téléphones

Des sites comme Google News pourraient également être tenus de payer les éditeurs pour utiliser des extraits de leur contenu. Les sociétés de technologie se sont opposées à cette proposition, avertissant qu’elles devraient construire des filtres de contenu coûteux et cesser de créer des liens vers des publications. Les activistes d’Internet ont fait valoir que les changements conduiraient à la censure.

Journée sombre pour la liberté sur Internet : Le @Europarl_EN a approuvé la réforme du droit d’auteur, y compris l’article 13 et l’article 11. Les députés ont même refusé d’envisager des amendements. Les résultats du vote final : 348 pour, 274 contre #SaveYourInternet pic.twitter.com/8bHaPEEUk3

A lire également : Les meilleures offres de Smartphones d'occasion en mars 2019

– Julia Reda (@Senficon) 26 mars 2019

De l’autre côté de la bataille de deux ans, il y avait les maisons de disques, les artistes et les compagnies de médias. Ils ont dit que des réformes étaient nécessaires pour mettre à jour les protections du droit d’auteur à l’ère de l’Internet et pour s’assurer qu’ils sont rémunérés équitablement pour le contenu.

Il s’agit du dernier affrontement entre des géants de la technologie et des fonctionnaires européens, qui ont adopté une approche beaucoup plus solide que les États-Unis en matière de concurrence, de protection des données (pensez à GDPR) et de fiscalité.

Antonio Tajani, président du Parlement européen, a déclaré que le vote mettrait fin au Far West numérique existant en établissant des règles modernes.
Selon les critiques, les dispositions du projet de loi sont beaucoup trop larges et pourraient toucher du matériel qui n’est pas protégé par le droit d’auteur, comme les citations ou la parodie. Ils préviennent que la loi pourrait même tuer les mimes d’Internet.

Mise à jour : Le Parlement européen vient de voter sur la directive européenne sur le droit d’auteur. Merci à tous les créateurs qui ont parlé de l’impact de l’article 13 sur eux et leurs communautés. Voici notre déclaration sur le vote d’aujourd’hui ⬇️ pic.twitter.com/ETHEOYwr7w

– Créateurs de YouTube (@YTCreators) 26 mars 2019

Google a déclaré que la mesure « conduira à l’insécurité juridique et nuira aux économies créatives et numériques de l’Europe ».
« Les détails sont importants, et nous nous réjouissons de travailler avec les décideurs politiques, les éditeurs, les créateurs et les détenteurs de droits alors que les États membres de l’UE s’apprêtent à mettre en œuvre ces nouvelles règles », a déclaré la société dans un communiqué.

Eleonora Rosati, avocate et experte en droit d’auteur à l’Université de Southampton (Royaume-Uni), a déclaré que les tribunaux joueront un rôle clé dans l’interprétation de la loi.
« Certains concepts sont censés être flexibles, de sorte qu’ils laissent place à une interprétation flexible… mais bien sûr, cela laisse aussi place à une grande incertitude « , a-t-elle dit.

Les détracteurs de la loi ont fait valoir que son libellé vague encouragera les entreprises de technologie à bloquer le contenu de façon préventive et à éviter les liens vers des sites Web de nouvelles, afin d’éviter les problèmes.

Julia Reda, membre du Parlement européen allemand, a déclaré que le vote marquait un « jour sombre pour la liberté sur Internet ».
Le vote de mardi ouvre la voie à l’adoption du projet de loi une fois qu’il aura été approuvé par le Conseil européen, qui représente les États membres de l’Union. Le Conseil européen a déclaré qu’il approuverait la mesure, mais sa mise en œuvre prendra deux ans.