Un juge juge juge que les conditions de licence de Qualcomm sont anticoncurrentielles

La juge Lucy H. Koh a statué que la politique commerciale de Qualcomm « no license, no chips » était anticoncurrentielle, étouffant l’industrie et portant préjudice à ses concurrents, à ses clients et au grand public. Cette décision obligera Qualcomm à renégocier des contrats avec ses clients, à concéder sous licence ses brevets à d’autres fabricants de puces à des prix raisonnables et à accepter d’être surveillée pendant sept ans pour prouver qu’elle respecte l’ordonnance du tribunal.

Depuis des années, la mainmise de Qualcomm sur l’industrie des puces pour smartphones a contraint nombre de ses concurrents à abandonner ce segment de marché. Plus récemment, Intel a annoncé qu’elle cesserait de développer des modems 5G après qu’Apple et Qualcomm eurent conclu un procès avec Apple pour accepter d’utiliser les modems 5G de Qualcomm pour son prochain iPhone 5G.

A lire en complément : Comment déverrouiller la carte SIM du Samsung Galaxy Note 8

Comme prévu, Qualcomm n’est pas particulièrement satisfait de l’issue du procès et prévoit de faire appel devant la cour d’appel américaine pour le 9e circuit.

« Nous sommes en profond désaccord avec les conclusions du juge, son interprétation des faits et son application de la loi. »

Lire également : Samsung taquine Android 10 beta pour sa gamme Galaxy S10

La plupart des passionnés d’Android connaissent bien Qualcomm puisque les puces Snapdragon de la société sont utilisées dans la plupart des smartphones Android haut de gamme. Bien que les puces de Qualcomm soient extrêmement puissantes et économes en énergie, les pratiques commerciales de l’entreprise nous ont laissé très peu de concurrence, Nvidia et Intel abandonnant leurs activités dans le domaine des puces mobiles et séparant les puces MediaTek des appareils de milieu et bas de gamme malgré les performances similaires à celles de Qualcomm des puces haut de gamme de l’entreprise.

Suite à la décision du juge Lucy H. Koh, le cours de l’action Qualcomm a rapidement chuté de 13%, mais s’est depuis légèrement redressé et se négocie actuellement à 10% en dessous du cours de clôture d’hier. Cette décision garantit qu’il y aura plus de place pour la concurrence au sein de l’industrie des puces mobiles, mais elle réduit également les bénéfices garantis de Qualcomm, ce qui pourrait rendre les règles du jeu encore plus équitables.